Chapman

Travailleur autonome : déclaration de revenus et impôts

Les personnes qui travaillent à leur propre compte ne sont pas exonérés d’obligations fiscales. Cependant, des mesures particulières s’appliquent à eux. Si vous êtes un travailleur indépendant, il est important d’être renseigné au maximum sur les spécificités de votre situation fiscale. De cette manière, vous pourrez continuer à exercer en toute légalité.
Chapman & Associés vous informe à propos des détails concernant le statut de travailleur autonome ainsi que sa déclaration de revenus et impôts.

 

Statut de travailleur autonome :
signification

 

De prime abord, il est important de se rappeler ce que signifie le statut de travailleur indépendant. Pour faire simple, toute personne qui travaille pour elle-même est considérée comme travailleur autonome. Autrement dit, tant que vous fournissez un produit ou un service à votre propre compte, le système fiscal vous considère comme un professionnel indépendant.

Cela dit, on classe les travailleurs autonomes dans trois principales catégories qui sont :

  • Propriétaire unique : C’est lorsque vous dirigez une entreprise dont vous êtes l’unique employé.
  • Entrepreneurs indépendants : Ce statut fiscal revient à tout contractuel fournissant un service particulier en un tiers
  • Société de personnes : C’est lorsque l’entreprise indépendante est constituée par vous et d’autres membres.
 

Dès lors que vous correspondez à ces différentes catégories, vous êtes un travailleur autonome. Dans le cas contraire, vous avez un statut de salarié selon la loi fiscale.

Déclaration de revenus et impôts pour travailleur autonome :
les données à fournir

 

Le travailleur autonome doit fournir un certain nombre de données pour faire une déclaration de revenus en bonne et due forme. Ces informations sont scindées en trois parties qui sont :

  • Les informations personnelles : Il s’agit de vos noms et prénoms, date de naissance ainsi que votre numéro d’assurance sociale. Vous devez aussi fournir les reçus ou documents liés aux éléments que vous pourriez déclarer.
  • Les renseignements liés à votre profession : nom de l’entreprise, le code correspondant à votre activité économique, les numéros de TPS/TVH
  • Le revenu en lui-même
  • Les dépenses liées au travail autonome


Déclaration de revenus et impôts :
quels sont les éléments à déclarer par le travailleur autonome ?

 

Lorsque vous exercez en tant que travailleur autonome, il y a certains éléments que vous devez déclarer au fisc. Ci-dessous, vous avez une liste sommaire de quelques-unes de ces données :

  • Les revenus de l’entreprise : En toute logique, le travailleur autonome doit déclarer toutes les sommes d’argent qu’il reçoit dans le cadre de son activité. Autrement dit, toute vente de biens et services doit être présentée au FISC. Bien entendu, les honoraires sont aussi considérés comme des revenus qui entrent dans la déclaration d’un professionnel indépendant.
  • Les intérêts bancaires : Dans la mesure où le travailleur indépendant dispose d’un compte bancaire d’entreprise, et que ce dernier génère des intérêts, ils doivent être déclarés. Ceci parce qu’ils entrent aussi dans la classe des revenus de la société.
  • Commissions : Si vous êtes un influenceur ou un site en ligne, il se peut que vous soyez rémunéré pour faire part du produit ou service d’un tiers. Cela s’appelle de l’affiliation et dans ce cas de figure, vous touchez une commission. Le montant touché doit aussi être déclaré.
  • Les biens reçues dans le cadre de votre activité : Il n’y pas que l’argent en liquide ou en chèque qui constitue un revenu à déclarer. Si vous percevez des biens en guise de rémunération ou même de simples cadeaux, il faut aussi le faire savoir au fisc.
 

Déclaration de revenus et impôts pour travailleur autonome :
quelles sont les dépenses à déclarer ?

 

Tout n’est pas que question de revenus quand on est travailleur autonome. Votre activité génère également des dépenses. Il convient également de les déclarer pour être en règle dans votre fiscalité. Les dépenses déclarées sont ensuite déduites de vos revenus, ce qui vous permet au passage de réduire le montant total de l’impôt à payer.

Face à cette réalité, une question revient très souvent : dans quelle mesure une dépense est-elle considérée comme déductible ? La réponse est simple. Est considérée comme dépense déductible toute charge engagée dans le processus de génération des revenus de l’entreprise. Autrement dit, lorsque vous dépensez de l’argent dans le but de réaliser des bénéfices dans le cadre de votre profession, vous devez mentionner cette dépense dans votre déclaration de travailleur autonome.

Cela dit, voici quelques exemples de dépenses déductibles qui sont généralement mentionnées :

  • Les coûts de démarrage : Cela comprend l’ensemble des dépenses liées à l’acquisition du matériel de travail, des locaux, les stocks et bien d’autres.
  • Les frais juridiques ou comptable : Ce sont les charges liées au recours à un avocat ou à consultant en comptabilité
  • Les charges d’automobile : Elles comprennent toutes les dépenses en essence, réparation de véhicules de services, immatriculation, assurance-auto, etc.
  • Les frais d’exploitation de la société : Il s’agit de toutes les dépenses engagées pour la promotion de l’entreprise, la livraison des produits, les factures de téléphone et internet, ainsi que les fournitures de bureaux.
 

NB : Il est recommandé au travailleur autonome de ne pas suroptimiser les dépenses déductibles. Bien que cela réduira le montant total de l’impôt, la cotisation liée à sa retraite en sera aussi impactée. Il convient donc de déclarer toutes les charges sans en inventer. D’ailleurs, vous pouvez avoir une liste plus complète des dépenses déductibles sur le site officiel de l’ARC.

Comment justifier ses dépenses en tant que travailleur autonome ?

 

Pour justifier les dépenses auprès du FISC lorsque vous êtes travailleur autonome, vous devez fournir des reçus ainsi que des factures. Il est également conseillé de faire une tenue de livre. Pour ce faire, vous avez des applications mobiles ainsi que des logiciels PC qui permettent d’enregistrer progressivement toutes les dépenses et les revenus. De cette manière, vous n’aurez aucune difficulté à fournir des justificatifs en fin d’année.

Comment calculer le montant de l’impôt quand on est travailleur autonome ?

 

Pour calculer le montant de l’impôt quand vous êtes travailleur autonome, vous devez commencer par fournir une déclaration de tous les revenus et dépenses issues de votre activité. Ensuite, il faut soustraire les charges aux bénéfices. Vous obtiendrez donc ce que l’on appelle en fiscalité le revenu net de vos activités. C’est sur ce montant que seront prélevées les différentes taxes.

A titre informatif, le montant des impôts varie en fonction des pays et des régions. Au Canada par exemple, on retrouve deux principaux types d’impôts qui sont prélevés au bénéfice net d’un travailleur autonome. Il s’agit de :

 

Pour vous faciliter le calcul, vous pouvez recourir à un calculateur automatique d’impôt en ligne. Cela vous permettra d’obtenir une réponse précise et fiable le plus rapidement possible.

Déclaration de revenus et impôts pour travailleur autonome :
l’importance de l’exercice financier

 

L’exercice financier est un détail important de la déclaration de vos revenus. Cela permet de circonscrire avec précision la saison durant laquelle vous avez réalisé des bénéfices et supporté des charges. Cela dit, un travailleur autonome peut considérer une année civile comme période d’exercice. Il peut également définir n’importe quelle saison de 12 mois comme tel.

Dans la mesure où vous ne vous référez pas à l’année civile comme exercice financier, vous devez présenter des prévisions quant à vos revenus au terme des 12 mois de l’année civile. Par conséquent, il est possible d’avoir une idée de l’impôt à payer dans les mois à venir. Compte tenu du caractère imprécis des prévisions, la loi fiscale vous donne la possibilité de réajuster votre déclaration de revenus au 31 décembre.

Les différentes méthodes comptables à utiliser pour une déclaration de revenus de travailleur autonome

 

En tant que travailleur autonome, vous avez droit à deux principales méthodes comptables pour déclarer vos revenus. Il s’agit de :

  • La comptabilité de caisse : comme son nom l’indique, cette méthode consiste à faire une déclaration à chaque entrée ou sortie de fonds de la caisse de l’entreprise. Autrement dit, les revenus sont déclarés lorsqu’ils sont perçus par la société et les dépenses le sont après qu’elles soient réglées.
  • La comptabilité d’exercice : dans ce cas de figure, vous pouvez déclarer vos revenus et dépenses à n’importe quel moment, tant que cela reste inclus dans votre période d’exercice financier prédéfini.
 

Déclaration de revenus pour travailleur autonome :
quand faut-il le faire ?

 

Il existe un délai de déclaration de revenus à respecter en fonction du pays dans lequel vous exercez. Au Canada par exemple, tout travailleur autonome est tenu de déclarer ses revenus avant le 30 avril de l’année qui suit l’imposition à laquelle correspond la déclaration. Malgré tout, le FISC admet un délai supplémentaire allant jusqu’au 15 juin.

En somme, voilà toutes les informations essentielles qu’un travailleur autonome doit savoir sur la déclaration de revenus et impôts. Si vous avez un statut de professionnel indépendant, n’hésitez pas à suivre ces indications. Il est aussi judicieux de vous faire aider par un expert qui vous apportera le maximum d’assistance pour déclarer vos revenus et vos dépenses.

Avez-vous besoin des services comptables?